Caravane 8

Samedi 4 novembre 2023

• Départ [09h30] : Le Bêta – 70 rue Leclerc Chauvin à Angoulême
• Arrivée [16h00] : au point de départ (boucle)
• Longueur : 12 km
• Participant·es : 13 personnes

Quelques notes de voyages…

Sous une pluie battante, nous sommes partis du Bêta, rue Leclerc Chauvin pour une boucle de 12 km à la recherche du ru de Lunesse.

Friche Rochine

Cette ancienne base logistique ferroviaire puis routière est destinée à être construite très prochainement. C’est une des dernières fois qu’il est possible de s’y promener de la sorte. Sur le talus à l’ouest de la parcelle se trouve un massif de sumacs rouge vif. Autour de nous a flore habituelle des friches urbaines avec des ronces, des buddleias, des ailantes et quelques sumacs échappés du talus. Aussi une petite colonie de jeunes peupliers près de la sortie. Cette friche était au programme de la toute première balade publique de mai 2022. Depuis le nord de la parcelle, on avait une vue sur le plateau avec un premier plan sauvage, ce qui donnait en plissant les yeux une image d’Angoulême d’avant le développement urbain hors-les-murs.

Confluence Lunesse/Touvre

Rien ne le mentionne mais, à l’arrière de la mairie de Gond-Pontouvre, quand on longe le bras gauche de la Touvre, dans cet ouvrage en béton massif entouré d’une barrière métallique, c’est le ru de Lunesse. A cet endroit précis, il se jette dans la Touvre. Au centre de l’ouvrage, une sorte de batardeau amovible. Sert-il à empêcher les reflux vers l’amont lors d’épisodes de crues? Nous n’avons pas de meilleure proposition.
Voici donc ce petit cours d’eau que nous allons tâcher de remonter jusqu’où il est possible de le faire. Il sera la plupart du temps « busé », c’est à dire enfermé dans un tuyau. D’emblée, nous sommes contraints de contourner une grand îlot jusqu’à la voie ferrée (la voie SNCF qui va vers Paris). A l’arrière d’une grande parcelle, il était possible il y a quelques temps d’atteindre le cours d’eau mais aujourd’hui un immense roncier rend la tâche impossible.

Ru busé

Le long du boulevard des 7 moines de Tibehirine, le ru de Lunesse est busé. La partie supérieure du tuyau de béton affleure sous nos pieds alors que nous longeons le boulevard. On entend bien couler l’eau au niveau des plaques d’égout. En soulevant une des plaques, on a pu voir couler l’eau avec un débit rapide. Une odeur d’essence s’échappe de chaque ouverture. C’était le cas déjà à la confluence avec la Touvre.

Ru débusé

Après un pique-nique à l’abri dans la galerie marchande du centre commercial Leclerc Lunesse, nous sommes repartis en direction de la font Chauvin, à l’arrière de la caserne des pompiers. Après quelques mètres, nous tombons sur le point précis à partir duquel le cours d’eau est busé. Nous allons ainsi retrouver un cours d’eau libre, bien que jonché de détritus.